Financement des projets présidentiels, ou comment détruire des emplois avec des mesures qui en créent

Francois Bayrou propose dans son projet d’exonérer de charges les deux premières embauches réalisées par toute entreprise.

Prise isolément, cette proposition aura nécessairement un effet positif sur l’emploi : en effet, même s’il est clair que ce type d’aide génère toujours des effets d’aubaine (beaucoup d’entreprises créent des emplois, et bénéficieront de cette aides pour des emplois qu’elles auraient créés de toutes facons), il n’en reste pas moins que le coût de ces embauches étant réduit (de 20 à 30 %), un certain nombre d’entreprises y auront recours pour des projets qu’elles n’auraient pas réalisés en temps normal.

Peut-on considérer pour autant que ce projet va créer des emplois ? En fait non, et c’est sans doute le contraire qui va se réaliser. En effet Francois Bayrou que l’une des sources de financement de son programme est la réduction des exonérations de cotisations sur les bas salaires. Or ces mesures sont, en matière d’exonération de cotisations, les dispositifs qui ont le rapport cout/emploi créé le plus favorable : en effet, elle ne concernent que les salaires les plus bas, pour lesquels le cout d’exonération par salarié est le plus faible, et pour lesquels l’impact d’une baisse de charge sur le niveau de l’emploi est le plus fort. En effet, l’embauche d’un salarié peu qualifié est plus facile à remplacer par une délocalisation ou une automatisation, et est contrainte par l’existence d’un salaire minimum, contrairement à celle d’un cadre supérieur : baisser le cout n’a donc pas grand effet sur la décision d’embauche dans le second cas, contrairment au premier.

Autrement dit la proposition de Francois bayrou reviendra à remplacer en partie une exonération relativement efficace (les exonérations sur les bas salaires) par une exonération qui aura sans doute un effet, mais moindre que l’exonération qu’il supprimera en contrepartie. Au total, l’effet sur l’emploi sera négatif (sans parler de l’effet lié à la création d’une exonération spéficique supplémentaire, s’ajoutant à une panoplie illisible d’environ une cinquantaine de dispopsitifs différents). Enfin, comme le signale justement Jean Pisani , on réduire également l’effet emploi des exonérations en donnant aux entreprise s le signal que, décidément, les aides accordées pour une embauche ne sont pas pérenne, et qu’il ne faut pas trop compter dessus dans ses décisions d’embauche à long terme.

Voilà comment ce projet va détruire des emplois en donnant l’impression d’en créer !

À propos

Dédié à l'analyse des questions économiques, sociales et environnementales de long terme, L'Observatoire du Long Terme se fixe pour objectif de donner davantage de visibilité à ces enjeux dans le débat public. Dans ce contexte, il donne la parole à des contributeurs variés, avec pour seul critère le caractère étayé des arguments présentés.

L'Observatoire est indépendant, ne reçoit aucune aide financière et repose sur le volontariat de ses contributeurs, de son bureau, présidé par Vincent Champain et Bruno Fuchs.

Sur le même sujet

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Du même auteur

Simplifier dans la durée

Publié dans Les Echos le 8 février 2024. Le coût de la complexité administrative est estimé à près de 5 points de PIB, et il...

Soyons optimistes pour l’optimisme.

Publié dans Les Echos le 11 janvier 2024 L’année 2023 s’est achevée sur des risques de guerre, de terrorisme, de chômage, de perte de pouvoir...

Victimes de crimes violents : que disent les statistiques?

Les homicides ne sont évidemment qu'une dimension de l'insécurité, mais c'est celle qui se prête le mieux aux comparaisons internationales...Source ici : https://dataunodc.un.org/dp-intentional-homicide-victims (décès...

Interview BFM sur les évolutions de l’IA

https://www.bfmtv.com/economie/replay-emissions/01-business/open-ai-le-retour-de-sam-altman-est-synonyme-de-changements-au-conseil-d-administration-25-11_VN-202311250391.htmlhttps://www.bfmtv.com/economie/replay-emissions/01-business/open-ai-le-retour-de-sam-altman-est-synonyme-de-changements-au-conseil-d-administration-25-11_VN-202311250391.html