Le revenu universel d’activité : faire d’une utopie un projet réalisable

Paru dans l’Expansion, septembre 2016.

En 1997, Thomas Piketty estimait à 2,8 millions les emplois perdus par l’effet conjoint du salaire minimum et des cotisations sociales. Les cotisations ont depuis été réduites et le débat sur le Smic est moins vif. Pourtant, le salaire minimum reste un moyen peu efficace de soutenir les revenus modestes: il pèse sur le pouvoir d’achat de ceux que son niveau exclut de l’emploi – ils sont plus de 1 million en France. Il laisse de côté 1,3 million d’indépendants et d’autoentrepreneurs qui gagnent moins que le Smic. Il fait peser le coût de la solidarité vers les revenus modestes sur les entreprises employant ces salariés plutôt que sur l’ensemble des entreprises.

Le revenu universel consistant à donner l’équivalent du RSA à tous, sans condition, est une belle idée, mais son financement n’est pas maîtrisé. Sa mise en place coûterait 150 milliards d’euros. Par ailleurs, il instaure un « droit à la paresse » en accordant un revenu sans condition d’activité.

Pour ceux qui entreprennent une activité salariée ou non

Plus novateur est le revenu universel d’activité (RUA). Réservé à ceux qui exercent une activité salariée ou non, il procure un complément de revenu à ceux dont le revenu est inférieur au Smic horaire et aussi à 1500 euros par mois. Pour inciter à des activités ayant une valeur ajoutée suffisante, il est ciblé sur les revenus supérieurs à 50% du Smic horaire. Son coût serait financé par son effet sur la hausse de l’activité. Le salaire minimum évoluerait par le jeu de l’indexation vers un niveau moins défavorable à l’emploi, le complément étant apporté par le RUA.

Nous aurions ainsi un système garantissant un revenu équivalent aux salariés au SMIC, sans exclure de l’emploi les salariés les moins qualifiés et les indépendants. A l’heure où la frontière entre salariés, indépendants et « indépendants dépendants » d’une plateforme numérique devient floue, c’est vers ce type d’outil qu’il faut se tourner…

À propos

Dédié à l'analyse des questions économiques, sociales et environnementales de long terme, L'Observatoire du Long Terme se fixe pour objectif de donner davantage de visibilité à ces enjeux dans le débat public. Dans ce contexte, il donne la parole à des contributeurs variés, avec pour seul critère le caractère étayé des arguments présentés.

L'Observatoire est indépendant, ne reçoit aucune aide financière et repose sur le volontariat de ses contributeurs, de son bureau, présidé par Vincent Champain et Bruno Fuchs.

Sur le même sujet

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Du même auteur

Simplifier dans la durée

Publié dans Les Echos le 8 février 2024. Le coût de la complexité administrative est estimé à près de 5 points de PIB, et il...

Soyons optimistes pour l’optimisme.

Publié dans Les Echos le 11 janvier 2024 L’année 2023 s’est achevée sur des risques de guerre, de terrorisme, de chômage, de perte de pouvoir...

Victimes de crimes violents : que disent les statistiques?

Les homicides ne sont évidemment qu'une dimension de l'insécurité, mais c'est celle qui se prête le mieux aux comparaisons internationales...Source ici : https://dataunodc.un.org/dp-intentional-homicide-victims (décès...

Interview BFM sur les évolutions de l’IA

https://www.bfmtv.com/economie/replay-emissions/01-business/open-ai-le-retour-de-sam-altman-est-synonyme-de-changements-au-conseil-d-administration-25-11_VN-202311250391.htmlhttps://www.bfmtv.com/economie/replay-emissions/01-business/open-ai-le-retour-de-sam-altman-est-synonyme-de-changements-au-conseil-d-administration-25-11_VN-202311250391.html