Pourquoi être optimiste en mai 2010 ? Quatre bonnes raisons.

– La crise financière s’est accompagnée d’une baisse de l’euro de près de 20 % par rapport aux plus hauts. Cela représente un gain de compétitivité considérable – équivalent à un passage de 35 à 42 heures sans hausse de salaires, ou à une exonération de 50 % des cotisations patronales.

– L’accumulation de mauvaises nouvelles concernant les dettes bancaires ou celles des Etats marque surtout un coup de frein à des années de hausse : difficile pour un Etat ou une banque de continuer les excès du passé dans le contexte actuel. Or connaitre le nom de sa maladie, c’est déjà faire un premier pas vers la guérison…

 – Une crise est aussi une opportunité de changement ; « Soyez vous-même le changement du monde que vous voulez voir dans le monde » (Ghandi, cité dans « Survivre face aux crises », Jacques Attali). De nombreuses réussites (voir ici le témoignage de Steve Jobs) financières, économiques, politiques sont nées de crises, qui permettent à des nouveaux concepts ou des nouvelles personnalités d’émerger – comme l’a écrit Gramsci :  « La crise, c’est quand le vieux se meurt et que le jeune hésite à naître »

– Comme je l’expliquais dans un billet en 2008, la phase de « fin de cycle » que nous vivons actuellement marque aussi le début du suivant. Les ressources financières vont progressivement se réorienter vers des sources de valeurs plus « tangibles » que les montages financiers obscurs, les meilleures élèves vont recommencer à choisir la recherche ou l’industrie plutôt que l’ingéniérie financière sophistiquée, la « classe créative » mondiale va se refocaliser sur les façons de résoudre les grands problèmes qui frappent l’humanité, plutôt que sur la façon de contourner la régulation prudentielle bancaire.

À propos

Dédié à l'analyse des questions économiques, sociales et environnementales de long terme, L'Observatoire du Long Terme se fixe pour objectif de donner davantage de visibilité à ces enjeux dans le débat public. Dans ce contexte, il donne la parole à des contributeurs variés, avec pour seul critère le caractère étayé des arguments présentés.

L'Observatoire est indépendant, ne reçoit aucune aide financière et repose sur le volontariat de ses contributeurs, de son bureau, présidé par Vincent Champain et Bruno Fuchs.

Sur le même sujet

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Article précédent
Article suivant

Du même auteur

Simplifier dans la durée

Publié dans Les Echos le 8 février 2024. Le coût de la complexité administrative est estimé à près de 5 points de PIB, et il...

Soyons optimistes pour l’optimisme.

Publié dans Les Echos le 11 janvier 2024 L’année 2023 s’est achevée sur des risques de guerre, de terrorisme, de chômage, de perte de pouvoir...

Victimes de crimes violents : que disent les statistiques?

Les homicides ne sont évidemment qu'une dimension de l'insécurité, mais c'est celle qui se prête le mieux aux comparaisons internationales...Source ici : https://dataunodc.un.org/dp-intentional-homicide-victims (décès...

Interview BFM sur les évolutions de l’IA

https://www.bfmtv.com/economie/replay-emissions/01-business/open-ai-le-retour-de-sam-altman-est-synonyme-de-changements-au-conseil-d-administration-25-11_VN-202311250391.htmlhttps://www.bfmtv.com/economie/replay-emissions/01-business/open-ai-le-retour-de-sam-altman-est-synonyme-de-changements-au-conseil-d-administration-25-11_VN-202311250391.html