Quelle évolution des décès à l’hôpital si les contaminations s’arrêtaient demain ?

Chaque soir à 19h30, la France s’arrête pour écouter Jérôme Salomon présenter les chiffres du jour. Combien de décès ? Combien d’entrées en réanimation ? Combien de cas constatés ? Derrière ces chiffres, il y a des personnes : plus le temps passe, plus chacun peut mettre des noms de personnes qu’il connait derrière chacune de ces statistiques.

Comme on l’a déjà indiqué sur ce blog, une statistique essentielle manque : le nombre de personnes contaminées. Et pour cause : les victimes elles-même ne commencent à percevoir des premiers symptômes qu’entre 1 et 15 jours après la contamination. De plus, ce délai varie d’une personne à l’autre, ce qui rend difficile l’identification d’une date de contamination précise. Néanmoins, il existe des études comme celle-ci qui fournissent une courbe de probabilité « moyenne », que l’on peut supposer applicable sur des groupes de patients suffisamment larges.

A partir de cette courbe, on peut reconstituer des niveaux de contamination estimés grâce à des méthodes qui cherchent à définir les niveaux de contamination qui causeraient les arrivées à l’hôpital effectivement constatées. Avec ces mêmes méthodes, on peut également estimer le niveau des hospitalisations, et des décès, si les contaminations s’arrêtaient demain. C’est ce qui est représenté dans le graphe suivant, pour les décès à l’hôpital (les décès en EHPAD ou à domicile étant moins fiables du point de vue statistique). La partie projetée commence au 18 avril – avant elle est basée sur les entrées aux urgences, qui précèdent de 7 jours les décès.

La courbe bleue ne représente pas une prévision de la réalité, car elle suppose que les contaminations cessent totalement – sauf à ce qu’un vaccin soit mis sur le marché, ou à que la chaleur élimine le virus, il est probable que l’on se situe au-dessus de cette courbe. Cette méthode est infiniment plus précise que celles consistant à comparer les courbes d’autres pays comme le font certains articles. Elle donne également une sorte « d’étalon » à l’aune duquel nous pourrons juger l’efficacité des mesures visant à réduire les contaminations. Elle nous indique enfin un « minimum » du nombre de décès à l’hôpital : il sera de l’ordre de 12.000 (contre 9630 au 12 avril 2020) si le confinement est parfait à partir de ce jour, et si l’on n’assiste à aucune « rechute » à la fin du confinement…

À propos

Dédié à l'analyse des questions économiques, sociales et environnementales de long terme, L'Observatoire du Long Terme se fixe pour objectif de donner davantage de visibilité à ces enjeux dans le débat public. Dans ce contexte, il donne la parole à des contributeurs variés, avec pour seul critère le caractère étayé des arguments présentés.

L'Observatoire est indépendant, ne reçoit aucune aide financière et repose sur le volontariat de ses contributeurs, de son bureau, présidé par Vincent Champain et Bruno Fuchs.

Sur le même sujet

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Du même auteur

Interview BFM sur les évolutions de l’IA

https://www.bfmtv.com/economie/replay-emissions/01-business/open-ai-le-retour-de-sam-altman-est-synonyme-de-changements-au-conseil-d-administration-25-11_VN-202311250391.htmlhttps://www.bfmtv.com/economie/replay-emissions/01-business/open-ai-le-retour-de-sam-altman-est-synonyme-de-changements-au-conseil-d-administration-25-11_VN-202311250391.html

Stratégie industrielle : consolider les bases

Publié dans Les Echos le 5 décembre 2023 Quiconque inventerait un procédé pour assembler une voiture en France beaucoup plus vite qu’en Allemagne, faisant de...

IA : le risque de la bureaucratisation

Retrouvez ici le débat sur BFM https://www.bfmtv.com/economie/replay-emissions/01-business/ia-le-risque-de-la-bureaucratisation-30-09_VN-202309300301.html

Le syndrome du Vasa : fluctuat et mergitur

Publié dans Les Echos le 28 septembre 2023. Lorsqu’il a été inauguré en 1628, le Vasa était le plus beau navire de son temps,  décoré...