« Science du bonheur » : une vidéo passionante

Dan Gilbert, chercheur à Harvard, a réalisé un présentation très intéressante sur TED. Il y présente une théorie du « bonheur contraint », ie le fait que la réduction (partielle) de la liberté du consommateur peut augmenter son bien-être. Ces travaux vont à l’opposé d’un principe communément admis en économie, selon lequel le bonheur est une fonction croissante des possibilités de consommation (donc du revenu). Ainsi Dan Gilbert explique-t-il qu’un an après avoir gagné au loto, un gagnant n’est pas sensiblement plus heureux qu’une personne fortement handicapée. Le premier a été fortement heureux au moment de son gain, le second très malheureux. Mais quelques mois plus tard, il n’en resterait, selon Dan Gilbert, pas grand chose en termes de bonheur…

Que peut-on en retenir ? Sans doute que, sans renier l’utilité des outils économiques (il reste utile de mieux connaitre les mécanismes permettant d’augmentation la richesse nationale, et donc les possibilités de consommation), il y a une place pour une « science humaine du bonheur », dont les règles sont fondamentalement différentes de l’économie classique – en effet, les axiomes de base de l’économie ne s’y appliquent pas puisque les individus développent une capacité à « inventer leur bonheur » indépendante de leur situation patrimoniale. Certains pourraient affirmer que, finalement, des cours de philosophie « appliquée » (ie, centrée sur l’enseignement des leviers du bonheur) devraient avoir autant de place à l’école que les cours d’économie…

Les études présentées par Dan Gilbert montrent également que toutes les « richesses » ne se valent pas en termes de bonheur : ainsi, les dépenses permettant de sauver des vies ou de réduire la souffrance valent probablement plus en termes de bonheur que celles qui permettent, par exemple, de passer de son vieux téléphone à un téléphone plus récent…

À propos

Dédié à l'analyse des questions économiques, sociales et environnementales de long terme, L'Observatoire du Long Terme se fixe pour objectif de donner davantage de visibilité à ces enjeux dans le débat public. Dans ce contexte, il donne la parole à des contributeurs variés, avec pour seul critère le caractère étayé des arguments présentés.

L'Observatoire est indépendant, ne reçoit aucune aide financière et repose sur le volontariat de ses contributeurs, de son bureau, présidé par Vincent Champain et Bruno Fuchs.

Sur le même sujet

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Du même auteur

Simplifier dans la durée

Publié dans Les Echos le 8 février 2024. Le coût de la complexité administrative est estimé à près de 5 points de PIB, et il...

Soyons optimistes pour l’optimisme.

Publié dans Les Echos le 11 janvier 2024 L’année 2023 s’est achevée sur des risques de guerre, de terrorisme, de chômage, de perte de pouvoir...

Victimes de crimes violents : que disent les statistiques?

Les homicides ne sont évidemment qu'une dimension de l'insécurité, mais c'est celle qui se prête le mieux aux comparaisons internationales...Source ici : https://dataunodc.un.org/dp-intentional-homicide-victims (décès...

Interview BFM sur les évolutions de l’IA

https://www.bfmtv.com/economie/replay-emissions/01-business/open-ai-le-retour-de-sam-altman-est-synonyme-de-changements-au-conseil-d-administration-25-11_VN-202311250391.htmlhttps://www.bfmtv.com/economie/replay-emissions/01-business/open-ai-le-retour-de-sam-altman-est-synonyme-de-changements-au-conseil-d-administration-25-11_VN-202311250391.html